Emile STEINER, un maire alsacien à Vernon (Histoire)

Le 31 janvier 1933, à Vernon, l’ancienne rue de la Station changea de dénomination pour s’appeler « rue Emile Steiner », du nom d’un maire né à Erstein, dans le Bas-Rhin (Canton d’Erstein-Sélestat). Cette petite ville, qui borde le canal du Rhône au Rhin, est traversée par l’Ill et située à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg et à une dizaine de kilomètres du Rhin et de la frontière avec l’Allemagne. Elle possédait environ 3.700 habitants en 1871 (près de 11.000 aujourd’hui) à la fin de la guerre franco-prussienne dans laquelle Napoléon III et son Premier ministre Emile Ollivier s’étaient engagés « le coeur léger ». La France vaincue allait, entre autres, perdre l’Alsace et la Lorraine.
Une clause du traité de Francfort permit aux Alsaciens-Lorrains d’opter pour la nationalité française, à condition d’émigrer en France avant le 1er octobre 1872. Soixante mille Alsaciens -Lorrains, dont la famille STEINER, firent ce choix. On retrouve leurs traces dans les CODAM (Cahiers des Optants des Départements d’Alsace et de Lorraine).

Emile STEINER, né le 2 novembre 1846, époux de Françoise THUMANN, avait donc près de vingt-cinq ans lorsqu’il devint Normand, en septembre 1871. A sa mort, le 16 février 1819, il habitait dans la rue Emile Loubet. Le registre d’état-civil, sous la plume de Julien Devos, le déclara comme industriel, maire de la ville de Vernon, conseiller général, membre de la Chambre de commerce d’Evreux et administrateur de la Banque de France d’Evreux.
Il s’était fait remarquer par l’intérêt qu’il portait aux oeuvres sociales. Elu conseiller municipal en octobre 1879 lors d’une élection partielle, il fut réélu en 1881. Il fut ensuite nommé adjoint par décret présidentiel du 23 février 1881, mais il démissionna en août. Il fut réélu le 3 mai 1908 et devint maire de Vernon le 13 avril 1913.

STEINER espérait revoir Ertstein et l’Alsace. Malheureusement, la Première Guerre mondiale éclata en 1914 et il mourut avant la signature du traité de Versailles, qui mit fin au conflit. Durant toute sa mandature, il fut estimé pour son courage civique et parallèlement pour sa parfaite urbanité. En temps de guerre, dans un contexte très difficile (les fonctions municipales étaient très lourdes : ravitaillement civil, voirie (dommages de guerre), réfugiés, blessés, état-civil plombé par la mortalité), il accomplit un travail formidable, même si sa maladie entraîna, sur la fin, des délégations.

Emile STEINER fit plusieurs legs à Vernon, dont l’un à l’hôpital-hospice, pour un montant de 10.000 francs. A la ville il voulut léguer une somme de 100.000 francs pour aider à la construction d’un établissement d’enseignement secondaire de garçons. Malheureusement, les frais de succession s’élevaient à 21.000 francs. La ville de Vernon, qui ne pouvait régler ces droits très élevés pour l’époque, se vit contrainte de refuser le legs.

4 réflexions sur “ Emile STEINER, un maire alsacien à Vernon (Histoire) ”

  1. Edward Cooper sur

    I am interested in the history of a man called Emile Steiner from Bas-Rhin, born in about 1846-1847, who was in London in about 1869-1871, who was the nephew of a man called George A. Ringeisen (a manufacturing chemist), and who may have established a business in London called « E. Steiner & Co. ». I think that he had a brother called Antoine Steiner, who was also in London in 1871. I would like to know if this might be the same Emile Steiner who became the Maire at Vernon in 1913. Please write to me here, or in a private message, if you can help with this. Thank you! [I’m sorry, I can read a little French, but cannot write in French well enough to describe what I am looking for].

  2. Catherine L sur

    Attention : « lorsqu’il devint Normand, en septembre 1871. A sa mort, le 16 février 1819, il habitait dans la rue Emile Loubet » Il y a anachronisme, il est mort avant d’être Noemand !

    • « il y a 20% d’arabes en Israël »Il n’y a pas « 20% dânabrabes&€™sp;» en Israël, mais 20% de palestiniens qui ont la nationalité israélienne.

  3. RAOULT Elisabeth sur

    Un anachronisme ? Les Allemands s’étant emparés de l’Alsace lors de la défaite de la France en 1871 (chute de Napoléon III fait prisonnier à Sedan alors qu’il avait déclaré cette guerre de 1870), les Alsaciens refusant de devenir Allemands furent tenus de déménager, de quitter l’Alsace. C’est ainsi que Steiner et sa famille se retrouvèrent à VERNON, restant Français et devenant Normands. Emile Steiner est mort à Vernon en 1919. Il était maire de la ville, donc un tout petit peu Normand !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *